Saison des balades 2015-2016

Email to someonePrint this pageShare on FacebookGoogle+Tweet about this on Twitter

Compte-rendu lu à l’assemblée générale

Lorsque j’avais décidé l’année passée de changer la présentation du compte-rendu des balades à l’assemblée générale, je n’avais pas pensé à l’année N+1, c’est-à-dire aujourd’hui… Il est facile d’écrire une première prose car les idées ne manquent pas. Il n’y a pas de précédent. Personne ne peut donc crier au plagiat.  Mais déjà,  dès le deuxième compte-rendu, l’affaire se corse.

Aussi, sous peine de vous lasser, je me dois de ne pas me répéter. Je ne vous parlerai donc pas du temps qu’il a fait, car ce serait perdre son temps !!! Une année pourrie, à oublier, mais d’un point de vue météorologique uniquement. Ne demandez pas ce qu’il en pense à notre ami Pierrot : dégouté, il a préféré me prêter sa plume pour vous écrire ce  mot…

Notre virée à Saint Nazaire fut la parfaite synthèse de notre année balades : de la pluie, même les jours de beau temps. Nous avons parcouru 410 km par des conditions idéales. Mais la balade totalisait 416 kilomètres… Sur les 6 restants, égaré au milieu du ciel bleu, un sournois petit nuage, certainement échappé d’un cartoon de Tex Avery,  a décidé de bombarder notre groupe, juste ce qu’il fallait, pour pourrir nos motos! Comme quoi, dans les alentours de Saint-Avé et Sainte-Anne-d’Auray, toutes les eaux ne sont pas bénites…

La saison des balades reflète bien celle des CPM. Une entrée en matière très prometteuse. Trente et un motards ouvrirent le bal vers le moulin de Sizun, puis 39 assistèrent au concert de harpe celtique à Lanrivain. Le Téléthon confirmera le coté généreux des motards, car 39 de nos adhérents prirent part cette virée vers la plage de Pentrez. Une occasion de plus de constater le décalage qui existe entre notre façon de rouler en groupe et celle de quelques prétentieux-je-sais-tout, pilotes de lignes droites, abonnés aux seules sorties des dimanches ensoleillés…

Noël a dû réserver de jolis cadeaux à bon nombre de nos adhérents, que nous n’avons plus ou peu revus.  Nous avons roulé à quinze, vingt motards, encadrement compris. Ne nous plaignons pas : Il était aisé de constituer des petits groupes dans lesquels chacun pouvait se sentir à son aise, ce que les résultats de  l’enquête, que nous avons réalisée en août, ont largement confirmé. Mais, je tiens quand même à m’excuser auprès du motard qui se s’est plaint de n’avoir jamais roulé à son niveau pendant la saison. Je ne pensais pas que les moniteurs, et moi le premier, nous souffrions à ce point de cécité… Rappelez-vous que rouler en groupe, comme vivre en société, impose quelques concessions. Sinon un motard, un groupe, vingt motards, vingt groupes.

Merci à mes collègues pour les parcours qu’ils ont tracé avec le plus grand soin. Nos souhaits de début de saison ont été respectés à la lettre : nous n’avons emprunté que des routes qui donnent le sourire aux plus aguerris et permettent aux plus novices de progresser à vitesse grand V.  Mille excuses à tous ceux qui ont trouvé les routes trop sinueuses. Si sur circuit, les lignes droites permettent de goûter à la griserie des hautes vitesses et des freinages très appuyés, sur nos départementales, ces extravagances sont interdites. Elles sont synonymes de monotonie, d’ennui  et sont sans intérêt pour votre technique moto. Nous préférons donc les éviter.

Vous proposer une balade demande un minimum de préparation, (et non pas du travail, comme je l’entends trop souvent), mais nous réserve aussi des moments privilégiés. Ce fut le cas, lors de notre journée de reconnaissance pour la concentration des CASIM au casque rond (vive les Bretons…). L’hiver nous a offert une très belle journée, miraculeusement apparue au milieu de la moche grisaille persistante, nous permettant de rouler près de 400 km sur un bitume aussi sec qu’un P’tit Beurre Lu !  A quatre moniteurs, que du bonheur ! Claude nous a concocté un parcours si surprenant, entre Rohan et Josselin, que le jour de la Breizh CASIM, certains de nos collègues  n’ont pas osé suivre les indications du road-book, pensant qu’il contenait des erreurs. Un finistérien qui leur demandait de suivre le chemin de halage du canal de Nantes à Brest, au détour d’une abbaye cistercienne, cachée dans les bois près de Rohan, ne pouvait que se tromper. Les pauvres, ils en sont encore réduits à lire et écouter leur GPS. A la CASIM29, cela fait quinze ans que nous avons abandonné cette technologie obsolète, et que nous lui avons préféré le sixième sens de Claude !

Le mois suivant fut celui de notre grande vadrouille vers Saint-Nazaire. La balade des superlatifs : plus de 400 km à moto, la visite du plus grand chantier naval d’Europe qui achevait la construction du plus grand navire du monde. Mis à part un petit nuage énervant, cette journée fut tout à fait réussie, grâce à la préparation minutieuse de Jean-Louis, qui n’a pas hésité à reconnaitre la totalité du parcours pour nous éviter toute mauvaise surprise !!! Jean-Louis, chapeau et merci !

Il fallait être motivé pour s’inscrire à ces longues balades à la sortie de l’hiver. Elles ont marqué un tournant dans la saison des visas 1 qui y ont participé. Ils ont de fait beaucoup roulé. Nous avons eu de longues discussions lors de nos pauses café. Ils ont écouté nos conseils. Certains ont même changé leur moto! Les progrès ont naturellement suivi. Leur regard s’est porté bien au-delà du tableau de bord et du garde-boue avant. Les trajectoires se sont affinées. Les démarrages des intersections et les dépassements se sont faits moins hésitants. Plusieurs réussissent désormais les slaloms lents des plateaux, sans toucher au frein et à l’embrayage. Un signe qui ne trompe pas ! C’est une grande satisfaction pour tous ceux qui les ont encadrés, de savoir que les balades sont le parfait complément de la formation des CPM.

Je remercie l’adhérent qui a écrit ceci, dans le questionnaire d’enquête, je le cite : « Et pour la saison 2016/2017 rendez son indépendance à l’Italie et mettez Michel Le Gall avec les visas 2, sinon sa Ducat’ va nous faire une dépression saisonnière ». Mais je tiens à lui préciser que je ne me suis pas du tout ennuyé la saison passée. J’ai au contraire apprécié rouler avec des motards qui ont su nous écouter et produire les efforts nécessaires pour progresser. Certes j’ai parfois pesté à cause de leurs hésitations, et ils ont dû très certainement en faire de même, vu le rythme qui ne leur laissait que peu de répit. Mais au final, les résultats sont là, et c’est cela que nous devons retenir. Et je vous promets que c’est très gratifiant.

Comme la commission est aussi celle des loisirs, je veux vous parler d’une journée organisée par Patricia et son équipe, le rallye des moniteurs. Nous passons toujours un excellent moment, que je regrette voir s’achever si tôt… Tout le monde sait que les motards sont de grands enfants… Et cette chasse à la bonne humeur, qui s’étale sur plus de 80 kilomètres et une journée entière, convient tout à fait à notre esprit joueur. J’avoue ne pas comprendre, et Jean Yves non plus, pourquoi le CPM Orientation rebute tant les adhérents visa. Patricia n’appréciait pas plus que vous les rallyes, il y a peu. Mais, depuis trois ans, elle y a pris goût et nous propose des épreuves de plus en plus élaborées.

Avec Valérie, elle organise avec la même maestria la balade printanière sur deux, voire trois jours, qui réunit hélas peu d’adhérents. Réservez votre week-end du 1er mai 2017. Vous ne le regretterez pas.

Nous devons apporter une modification au programme des balades, visible sur notre site Internet, car à notre grand regret, le salon de la moto de Ploufragan 2017 est annulé.  L’état d’urgence (La belle excuse ! ) justifie une avalanche de contraintes sécuritaires, que des organisations, à l’équilibre financier fragile, ne peuvent supporter. Après le pardon de Porcaro, voici donc une deuxième grande manifestation bretonne consacrée aux motards annulée.

Finissons sur une note positive. Comme vous pouvez le constater sur l’écran, Willy immortalise nos sorties. Il va, avec notre aide à tous, apporter un peu plus de vie à notre page de comptes rendus du site Internet. Ne nous cantonnons pas aux seules photos de bistrots et faisons preuve d’imagination pour illustrer nos aventures !

Nous comptons sur vous.

Mais, soyez vigilants ! Monsieur Wiwill et son troisième œil n’ont pas leur pareil pour filmer vos excès d’enthousiasme, ou de fatigue…

Bonne route, et surtout, faites comme moi, dès que je suis au guidon de ma moto : amusez-vous bien !!!

balades-2015-2016

shadow